top of page

"Nouveaux hérauts"

« Surgissement ». Mot d'une des commissaires saisi au vol. Surgissement. Émergence. Naissance d'une génération de conteur-euses 2.0. Surgissements d'œuvres, d'atmosphères. Ponts spatiotemporels entre le jardin d'hiver du Centre Culturel Jean Cocteau par une grise journée et Bamako, la nuit. Dans l'œuvre-environnement d'Aïda Bruyère, on alterne entre des bourdonnements et des hurlements, entre images fixes et images en mouvement. Elles annoncent le rythme, nous invitent à écouter, à être attentif • ves à ces nouveaux elles héraut-es.


« Elles disent qu'elles inventent une nouvelle dynamique. Elles disent qu'elles sortent de leurs toiles. Elles disent qu'elles sortent de leurs toiles. [...] Elles disent qu'elles quittent les musées les vitrines d'expositions les socles où on les a fixées. Elles disent qu'elles sont tout étonnées de se mouvoir. »
Monique Wittig

Les récits prennent corps, éclosent. Mais la verticalité du documentaire s'est laissé couler. Conteur-euses et anthropologues 2.0. Il y a du don et du contre-don dans les œuvres de Jérémie Danon. Un autre système fondé sur un échange vertueux, horizontal. Les histoires se portent entre amis, elles deviennent les supports de représentations empouvoirées et empouvoirantes. Nouvelles formes, nouvelles histoires qui « sortent de leurs toiles ». Littéralement. Les artistes s'emparent de récits, les leurs, ceux des autres; iels construisent de nouvelles narrations. Surgissement de vies, de réels subjectifs.


Superpositions de temporalités, de spatialités comme dans les toiles d'Amélie Bigard. « Le calme avant la tempête » et celui qui lui succède. Dans ces toiles miniatures, la technique de la tempera nous replonge dans une histoire de l'art classique; la peinture de carrosserie, quant à elle, nous ramène brutalement à notre contemporain. Va-et-vient chronologique où s'ancre un certain désœuvrement. Gants de boxe vissés aux poings, surveillé par des idoles épinglées au mur, Bobby apparaît dans une rage figée.

Et de certains actes violents germe parfois la douceur.

Dans la vidéo de Zoé Bernardi, la tonte se transforme en dialogue intergénérationnel, en un geste intime, de partage, de confiance et de soin. Une manière de découvrir l'autre tout en le•a protégeant.

Ces images, ces récits inscrivent l'identité de ces inconnues dans une histoire commune, pour ne pas oublier. Finalement, chacun des artistes exposé.es ici au Centre culturel Jean Cocteau prend soin, par l'écoute, par la récolte de ces témoignages. Etre attentif-ves aujourd'hui, prendre le temps de l'écoute, le temps du regard, devient un geste héroïque


Exposition « Nouveaux hérauts »

Jusqu'au 18 mars @centrecultureljeancocteau

Commissariat : Luca Avanzini et Audrey Illouz




Recent Posts

See All

Comments


bottom of page